PostHeaderIcon Bruniquel (27/08/2008)

Finalement, il n'y a que Dominique pour débarquer chez Philippe à 9 heures. Une demi-journée magnifique commence. Pour l'illustrer en musique, faisons jouer "Perfect Day" de Lou Reed. Philippe n'ayant pas d'ordinateur, il n'y a donc pas de trace GPS mais un rectangle de papier imprimé avec des traits de couleurs différentes qui, d'après certains archéologues, s'appèlerait une carte.

Nous voila donc partis pour un parcours d'enduro très copieux autour de Bruniquel. Tout de suite une montée sympathique technique mais sans plus, nous amène sur le bord d'un plateau d'où la vue porte loin. Le temps de visiter quelques vestiges de la préhistoire et Philippe enclenche une variante en forte descente. Nos fidèles lecteurs imaginent sans peine la suite : chute générale avec patte de dérailleur tordue pour Philippe. Bien sûr Mac Gyver en a une dans son sac, et nous repartons assez rapidement pour la suite des opérations. Nous continuons de descendre sur un agréable sentier qui nous conduit au pied de la grosse difficulté du jour : une montée très raide sous un cagnard terrible. Le début est très raide avec des cailloux partout pour améliorer l'adhérence. Pour me rassurer Philippe m'indique que c'est la partie facile de la montée. En effet, les choses s'aggravent par la suite et l'un continue à côté du vélo (devinez lequel). Nous finissons par arriver au sommet et nous enchaînons par une belle descente qui nous fait pénétrer dans la forêt de Grésigne. Au passage Philippe nous fait part des travaux de génie civil qu'il a réalisés en débouchant un petit pont de pierre du modèle éjectable (Nicolas Lestrade connait aussi bien ce type de pont). Las ! le ruisseau refuse de couler dessous le pont et a réalisé une variante pour le contourner.

Une nouvelle montée bien pentue nous conduit à proximité de la charmante chapelle de Notre Dame des Bois. Ensuite, superbe descente technique en direction de Puycelsi avec à la suite la grosse montée qui nous conduit au piton sur lequel est bâti ce village. Le temps de refaire le plein d'eau et une descente avec quelques passages verticaux débouche sur une nouvelle série de montées suivies d'une belle descente qui arrive sur une route. Nous inspectons au passages quelques tentatives avortées de génie civil, toujours dues à Philippe. Quelques kilomètres de Bitume et nous empruntons un charmant sentier le long de la Vère. Il ne reste plus qu'un ou deux murs pour arriver à Bruniquel et prendre un grand verre d'eau fraiche chez Philippe. Le temps d'une douche et le magret cuit sur le barbecue avant de finir sa carrière dans nos estomacs. Le bilan n'est pas spécialement impressionant à première vue : 35 KM avec 1200 M de D+, mais sous la canicule, ce n'était pas si facile que ça !

PostHeaderIcon
Portrait de ughy
Merci pour ce CR!! Pffff, va


Merci pour ce CR!! Pffff, va falloir que je passe le Capes :-D