PostHeaderIcon Coteaux toulousains du matins 18 juin 2014

5h25, la sonnerie de mon portable m'extirpe des bras de Morphée.

Un bol de muesli plus tard, je retrouve Gaël puis Nico, au bord du Touch à Tournefeuille.
Première partie: rallier le sommet de Pech David.
Via les parcs de La Ramée et Gironis, le vieux pont désaffecté d'Empalot et le chemin des étroits, nous montons la première bosse de la journée par le chemin des Canalet et ses 25%, après un échauffement de 10km sur le plat.
Nous retrouvons en haut Jean-Luc et Eric, venus de Toulouse.
A près la photo départ, nous prenons le GR (en fait variante du GR) vers le sud: le bord du coteau, une mini descente de "mur" à la pointe sud (point de vue), et nous obliquons à l'est vers Pouvourville, avant de redescendre vers l'ouest par le GR, quasiment jusqu'à la Garonne.
Toujours en suivant le GR, nous remontons dans un bois, avec une partie très raide où nous mettons tous pied à terre (la Légende raconte qu'un VTTist l'aurait un jour monté en vélo...). Sortant du bois et suivant toujours le GR, nous arrivons à une tour de telecom (traditionnel lieu de rendez vous des varouler). Nous quittons alors le GR, pour lui préférer une descente un peu plus technique en sous bois, sur la droite, "sentier des abeilles" - plus loin, ce sentier mène à la maison des abeilles, dispensant informations et cours d'apiculture -, qui nous ramène sur le GR que nous reprenons alors en traversant une petite route et remontant vers PechBusque. Au village, nous laissons le GR tourner à gauche et prenons à droite la D4c sur cents mètre avant de basculer à gauche dans un petit sentier descendant à fond vers le ruisseau de Vielle Toulouse pour remonter aussi sec en face.
Une crevaison de Jean-Luc, nous permet de souffler un peu.
En haut de la montée, mais avant d'atteindre la route, nous prenons sur la droite un chemin, légèrement descendant, passant entre les lotissements et débouchant sur la route, que nous suivons 150 m avant de tourner à gauche vers le Golf.
Il ne faut alors pas rater le sentier marqué d'une trace jaune, qui part sur la gauche, longeant le golf en montant.
Toujours en suivant ces marques jaunes, nous traversons le golf, empruntons un chemin raid, en descente et débouchons sur une petite route, qui nous descend à toute vitesse encore une fois au niveau de la Garonne / chemin des étroit. Sans traverser cet axe très fréquenté à cette heure du matin, nous suivons les marques jaunes qui nous font remonter sur route, puis chemin jusqu'à Notre Dame des Coteaux. Le chemin a été réaménagé récemment et des panneaux avertissent des dangers ; "falaise", "pied à terre". Ça passe néanmoins sur le vélo, avec Prudence et Technique.
Pause, point de vue et contrôle de l'heure. J'aime cet endroit et les chemins alentours.
Mais à trop flâner, nous perdons du temps et décidons de rentrer au plus vite par la route, en évitant néanmoins le chemin des étroits et sa colonie de voitures.
Alors, cap à l'est pour rester dans les coteaux, nous passons au sud de Vieille Toulouse, à l'est de Pechbusque, pour retrouver le GR sous les antennes télécoms, que nous suivons en sens inverse, coupant par Pouvourville et remontant à Pech David par la route. La dernière descente se fait bien sur par le GR, chemin en crête de Coteaux, jusqu'à la route au container à verre.
Il ne nous reste alors plus que 7 km de décrassage sur route à traverser Toulouse jusqu'à notre lieu de travail, où nous attendent douches et vêtement propre.
Au final, le conteur affiche 42 km et on a fait plusieurs centaines de m de dénivelée.