PostHeaderIcon Le gtand huit de Saint-Gervais sur Mare

Ou sont passé les varouler ? Il y a seulement deux motivés : Philippe et Dominique pour entreprendre le raid audacieux, planifié par ce dernier, au départ de Saint-Gervais sur Mare. Tout commence par une montée roulante et sympathique (la seule de la journée) sous le soleil et la chaleur qui nous accompagneront penndant toute la sortie, au dessus de la rive gauche de la Mare. Rapidement, la vue devient panoramique sur les vallées très creusées du ruisseau de Mècle et de la Mare. Après le col de la Fontasse, la plaisanterie est terminée et la piste monte raide jusqu'au col du Layrac. La suite se passe sur le chemin balisé du réseau vert de l'Hérault, alternance de montées modérées encadrées par des petits raidarts qui font mal aux jambes (au miennes en tout cas). Une dernière montée copieuse nous conduit au col de Marcou, et après une trace à 20 % au sommet de la croix de Marcou, splendide belvedere offrant une vue panoramique du Larzac aux Pyrénées. Commence alors une très grosse descente dont la première partie complètement pédestre (même pour Philippe) offre peu d'intérêt. La bonne option est de devenir sur ses pas après la visite du sommet jusqu'au col et de prendre le sentier facile, qui après un passage à la ferme de Marcounet rejoint la descente partant du sommet. La suite du sentier devient agréable et gentiment technique. La fin redevient plus difficile et cassante. Philippe passe sur le vélo à 95 %. Cette descente a vraiment de quoi ravir les amateurs du genre. Sur la fin, elle redevient facile et aboutit au charmant village de Saint-Geniès de Varensal. Cette première boucle se termine alors à Saint-Gervais via un parcours de santé sur une ancienne voie ferrée et un petit bout de route. C'est l'heure du pique-nique bien mérité. On attaque à la suite la deuxième boucle par une montée raide sur sentier jusqu'au col de Très-vents (Dominique préfère monter par la route). A la suite, une piste forestière rejoint le col de la Pierre Plantée. La suite est la montée longue et difficile et maintenant classique vers le Col d'Aussière, et à la suite vers la tour de guet en préférant deux petites déviations agréables et parsemées de bruyère et de fougères à la piste blanche et caillouteuse écrasée par le soleil. On redescend malheureusement par une piste vers le col de la Plane et un petit bout de route jusqu'au col de l'Ourtigas. Commence alors une descente très difficile jusqu'aux ruines du hameau de Caissenols. Après, elle devient délectable et touche au sublime en arrivant sur le site magique du portail de Rocandouire après une légère remontée. Les deux grandes lames de quartz balisant le col donnent l'impression d'une muraille cyclopéenne impressionnante. Comme il se fait tard, on improvise un plan B remettant à un autre jour le portage vers le Roc Majous et le descente par la Serre de More. On prend le petit sentier à flanc juste à gauche du col. Le plan B s'avère en fait somptueux sur ce magnifique sentier panoramique dominant cette fois le rive droite de la Mare. Un ultime caviar par le GR 653 et nous revenons enfin à Saint-Gervais. Il est très tard (à cause de moi bien sûr). En résumé, une randonnée exceptionnelle, âpre, sauvage, déraisonnable et technique au milieu de paysages splendides.