PostHeaderIcon Rencontre VR/LPIVTT 2009

Nous étions 7 à prendre le départ de cette rando Venerquoise
prétexte à une rencontre VR et LPIVTT : (Yael , Olivier , Julien , Ughy
, Mathieu , JB , Herve) . Il fait un peu frisquet en ce début de matinée
de septembre aussi nous sommes bien contents de décoller à 8H45 après le
quart d’heure toulousain habituel . Je choisi dés le départ de strapper
la partie en bord d’Ariège qui va de Le Vernet à Grépiac car le chemin
venait d’être fraîchement débroussaillé et le risque de crevaison était
réel. J’en avais fais les frais 2 jours avant. Nous nous dirigeons donc
à travers Le Vernet vers le superbe sentier qui chemine le long de
l’Ariège en direction de Lacroix Falgarde. Un petit tour du Lac machin,
une photo souvenir du groupe, un dernier réglage des vélos et nous voilà
reparti en file indienne jusqu’à la première difficulté, une traversée
de l’Hers qui nous oblige à un léger portage. Petit intermède assez
amusant somme toute. Nous reprenons notre périple en faisant attention
ou on met les roues car la rivière est très proche et les vélos n’aiment
pas l’eau. Le rythme est pépère mais avec un guide comme « danse sous
la pluie » qui pédale comme un phacochère, personne n’est surpris.
Soudainement JB est pris d’une hystérie cyclistimique névrotique et
psychosympathique à la mode Jean Phy et probablement aussi sous l’effet
d’une prise d’emphet décide de prendre les choses en mains et de secouer
les puces du mammifère. Le rythme s’élève alors et nous arrivons
rapidement au pont de Lacroix Falgarde . Une pause pour attendre les
traînards que je ne nommerai pas mais qui s‘appellent Ughy, Mathieu et
Olivier. Nous prenons la rive droite de l’Ariège qui est encore plus
sympa que celle qu’on vient de faire avec des passages techniques très
funs . On se régale ! Le sentier nous amène jusqu’à la 2^ème difficulté
du jour située au niveau de la maison au volet bleue : Une montée sur
les coteaux de Goyrans qui nous oblige à enlever un peu de braquet . En
haut, la pause est la bienvenue, on voit enfin le soleil. La vue est
magnifique avec d’un côté l’église de Goyrans qui domine une vaste forêt
de pins en flan de colline et de l’autre côté une superbe vue sur, et
beheu… l’autre côté !
On repart, frais comme des pinsons d’humeur aventureuse , ce qui nous
entraîne inévitablement à s’écarter de la trace pour essayer un
raccourci à travers champs. La traversée sur un terrain labouré n’est
pas des plus aisés mais « l’aventure , c’est l’aventure et …blablabla »
. Olivier, julien et hervé s’arrêtent sous un figuier chargé de … , je
crois que c’était des figues. Excellentes au demeurant, elles valaient à
elles seules le détour.
On fait le point au sommet du coin. Ughy nous signale avec son GPS qu’on
est au milieu d’un champ. Très très bien vu Ughy, je rajouterai même un
champ labouré enfin je sais pas qui est le plus bourré des 2. C’est
alors qu’avec courage Mathieu et Julien partent en éclaireur reconnaître
le parcours . Les minutes défilent, il fait chaud au soleil , JB croit
les voir à l’horizon mais ce n’est qu’un mirage. Je me demande s’il n’a
pas un peu fumé avant de partir ? En fait il nous reviennent de par là
ou ils étaient partis chargés d’épines, d’orties, de paille, d’écorce
d’arbre . Julien nous raconte qu’ils ont été attaqués par des ronces qui
venaient de nulle part et qui se sont acharnées sur eux .AhAh.. quel
farceur ce Julien.
Direction, la ferme sur le sommet de la colline voisine. C’est là qu’
Olivier casse son dérailleur, et bé.. c’est balaud çà, allons Olivier,
obligé de rouler en single-speed maintenant. Mais on ne va pas le
laisser là l’Olivier, il pourrait prendre racine, alors à 4 on lui
répare çà rapidos car la pendule tourne, il va falloir raccourcir encore
le parcours si on veux être rentré pour 12H30, tant mieux ! En plus on
se fait engueuler par le fermier du coin parce qu’on marche sur ses
terres, il est bien temps de partir. On prends nos cliques et avant de
prendre une claque on rejoint la route qui nous mène à la somptueuse
descente du jardin botanique de Clermont le fort. On enchaîne par le
dernier tronçon au bord de l’ariège, l’endroit est superbe avec tout du
long, des berges accueillantes qui nous invitent à la baignade mais la
3^ème difficulté du jour nous attend, la montée des crêtes « sous
roche » qui dominent Venerque. Olivier toujours en single speed, emporté
par un braqué adapté plus à la piste qu’à la montagne attaque fort mais
la côte est un peu trop longue et il calera à la moitié. Mathieu est le
premier en haut, il attend le guide du jour pour savoir qu’elle route
prendre, à droite une belle descente sur Venerque était prévue mais on
est très en retard sur le planning, à gauche toute ! direction la rive
d’Aygues, un demi tour donc mais en passant par les collines cette fois.
On atteint très rapidement l’endroit après une belle descente bitumée ou
on met les gaz. On s’engage à droite sur un sentier forestier qui va
nous mener jusqu’au bois de Notre Dame. La traversée du bois se fait sur
un sentier très agréable parfois encombrée par des troncs d’arbres que
nous contournons. Quelques portages, un dernier rampaillou et nous
sortons du bois. Les figues de la vierge de Notre Dame sont les
bienvenues et requinquent les plus gourmands. Un regard sur l’horaire,
Oups , plus que 10 mn, il ne faut pas traîner. On file au plus court par
la route, en écartant malheureusement la belle descente de bézégnagues,
tant pis, ce sera pour une autre fois. On arrive à Venerque, il est
12H30, 15 mn plus tard on est à la gare de Le Vernet, 4H00 se sont
déroulées 4H00 qui pour moi furent de purs plaisirs partagés.

Merci à tous .

PostHeaderIcon
Portrait de Don Gala
A que c'était bon


Une journée magnifique pour une sortie tres agréable suivi d'un super barbuc.
Non franchement rien à redire sauf merci et à refaire.
Tchou